clem-flyfishing.com

Passionné de pêche à la mouche, nature et photographie

Petit séjour de pêche dans le Jura

Bonjour à tous,

 

Comme le veut la coutume, je me réserve toujours quelques jours pour venir pêcher les rivières jurassiennes en mai ou juin. Cette année je ne suis pas parvenu à patienter jusqu’à Juin! Accompagné de deux amis nous avions prévus de profiter du pont de l’Ascension pour passer trois jours sur la Bienne et la Basse rivière d’Ain.

Une fois de plus la météo n’allait pas être vraiment de notre côté, mais peut importe.

Arrivés le matin vers 9h, nous jetons un premier coup d’œil sous le pont de Jeurre, déjà 3 pêcheurs sont placés en haut du pont et d’autres longent la rivière, cette rivière devient vraiment victime de sa réputation! Depuis le pont nous distinguons très rapidement de nombreuses truites de très belle taille, soudain une envie incontrôlable d’enfiler les waders et de foncer à la rivière s’empare de nous!

Quelques minutes plus tard nous sommes déjà tous les trois en chasse de belles zébrées.

Pour ma part, j’observe un très joli poisson qui tourne juste à 2/3m de moi, un peu trop confiant je l’imagine déjà dans l’épuisette. Après avoir fait un posé parfait, la truite vient voir mon petit gammare et me fais un joli refus avant de filer comme une fusée! La pression retombe vite et ma confiance avec.

Je descend un peu la rivière et tente encore quelques poissons avec le même résultat, le constat est simple, les poissons deviennent déjà très (trop) éduqués sur ce secteur et dans ces conditions d’eau basse.

J’adopte alors une autre stratégie, complétement immobile et bien caché, je patiente de longues minutes derrière un rocher en observant quelques truites tourner juste sous mes yeux. Au bout d’un moment, les poissons semblent m’avoir totalement oublié, à tel point qu’une très belle truite viens « croquer » des larves de tricoptères juste sous mes yeux. Je ne peux même pas sortir le reflex de mon sac pour faire quelques photos peur de l’effrayer. J’ai bien sur attaquer cette truite ainsi que quelques autres en essuyant à chaque fois des refus systématiques! Sans bouger de place en 40min 4 pêcheurs différents sont passé devant moi! Il est clair que la pression de pêche sur cette rivière devient énorme et que les poissons deviennent très rusés!

Après 2h de pêche infructueuse sur ce secteur, nous changeons d’endroit pour un secteur plus sauvage et théoriquement moins fréquenté. La théorie n’était pas valable ce jour là! Des voitures partout, des pêcheurs par dizaines!

Il est midi passé, aucun de nous trois n’a encore fais un seul poisson. La journée n’est pas finie mais nous prenons conscience que la pêche risque d’être difficile. Après un bon casse-croute, nous tentons notre chance sur un secteur bien en amont où par chance aucune voiture n’est garée.

A peine quelques minutes après avoir longé la rivière, je repère un très joli poisson que j’attaque très rapidement en nymphe à vue, la truite s’approche semble prendre la nymphe, je tarde à ferrer et la truite secoue la tête puis file sous un rocher…. première vraie occasion loupée, la pression monte! Après quelques minutes de marche dans la jungle jurassienne, je fini par tomber sur le graal! 3 truites de belle taille se baladent dans une zone très profonde juste sous la surface, elles viennent gober quelques gros Ecdyo fraichement éclos. Je ne parviens pas à rentrer dans l’eau à plus d’un mètre du bord, je n’ai que très peu de place pour fouetter et les truites se tiennent à distance, vous savez cette « distance de sécurité » qui rend le pêcheur à la mouche fou! Après avoir perdu quelques mouches dans les arbres, je comprends que ma seule chance est de les faire en lancer roulé lorsque les truites s’approchent un peu plus de moi. C’est au bout de quelques minutes qu’une d’entre-elles vient à une dizaine de mètres de moi, je lance mon imitation d’ecdyo la truite s’approche et ne vient pas prendre ma mouche. Je suis surpris, je lance à nouveau mais cette fois juste à 50cm de la truite, cette dernière gobe ma mouche presque instantanément, je ferre le poisson est au bout, c’est lourd et puissant, je tient enfin ma première truite de la Bienne du séjour!

Après un superbe combat, le poisson se rend à l’épuisette!

DSC_4154

Une superbe truite à la robe presque verte:

DSC_4175

A peine le temps de sécher ma mouche que je repère un autre poisson en approche, un lancer la truite gobe ma mouche, ferrage et le deuxième poisson est déjà au bout!

 

Après un deuxième combat très puissant, je mets la belle à l’épuisette!

DSC_4176

Une tête magnifique!

DSC_4207

DSC_4205

Me voilà enfin apaisé, prendre deux si jolis poissons en sèche à vue reste un plaisir rare!

Pendant ce temps, Cyril situé un peu plus haut a pris le plus gros ombre de sa vie en sèche.

Les heures de l’après-midi vont filer à vitesse grand V, je croiserais encore quelques truites et en manquerait deux au ferrage. Vers la fin d’après-midi, les poissons se feront de plus en plus rares.

 

J’aurais la chance de croiser cette petite couleuvre vipérine posée dans quelques cm d’eau:

DSC_4226

Un serpent que l’on peut distinguer de la vipère en observant la pupille ronde de son œil et sa tête moins triangulaire que la vipère. A condition bien-sur de pouvoir (ou vouloir) s’en approcher suffisamment près!

Pour le coup du soir nous tentons un autre coin en amont, le secteur en vraiment magnifique et très prometteur!

Bienne Mai 2015 (4)

Pourtant même après avoir marché sur plusieurs centaines de mètres nous ne croisons presque aucun poisson ni aucune activité en surface…

Le coup du soir ne risque pas d’avoir lieu… A part quelques ombres pris en nymphe au fil dans les courants par mes deux amis, nous ne ferons rien.

Et puis vers 20h pour clôturer cette difficile journée une pluie battante s’est installée! Et il a plu durant toute la nuit! La pêche du lendemain était donc très compromise!

Surprise au réveil, le niveau de la Bienne à St Claude n’avait pas bougé, la rivière était à peine teintée. Mais la pluie elle ne s’était pas stoppée! Pour débuter la journée, nous avons voulu tenter de pêcher un affluent de la Bienne : « le Tacon », petite rivière assez rapide, c’est en nymphe au fil qu’il semblait le plus simple à pêcher ce matin là.

Tacon 2015 Après une heure et demie à peigner les veines d’eau, nous n’avons rien vu et rien pris, comme si la rivière était vide! Les 8°C et la pluie ont juste donné envie aux truites de rentrer dans leurs caches…
Alors nous sommes redescendus sur la Bienne tester un nouveau secteur.

Une fois sur place, mauvaise surprise la rivière est déjà bien teintée!

Pour pêcher à vue nous aurons que très peu de temps devant nous! Au bout d’un moment je repère un joli poisson qui avance très doucement dans moins d’un mètre d’eau. Mon ami Cyril est placé juste 20m au dessus de moi, il vient de ferrer sa première zébrée de la Bienne en nymphe à vue! Moi je continue d’observer ce poisson qui remonte doucement la rivière sans que je puisse l’attaquer. Dix minutes plus tard, après l’avoir suivi sur une vingtaine de mètres la truite devient enfin attaquable. Je la distingue mal mais lance malgré tout ma nymphe cuivre 2m au dessus du poisson, lorsque je pense que ma nymphe arrive à son niveau, je crois percevoir un très léger mouvement de la tête, je ferre et miracle la truite secoue la tête! S’en suit un gros rush où la truite me déroule presque toute la soie, puis fini par foncer sur moi. Après quelques moments de stress intense, je parviens à la glisser dans l’épuisette. Premier constat, je ne voyais pas la truite si grosse!

 

Un poisson sublime, comme je dit souvent dans ces conditions, « ma journée est faite »!

Bienne Mai 2015 (2)-2

Une tête démesurée!

Bienne Mai 2015 (7)

Ce poisson repart aussitôt à l’eau en me comblant de joie!

Dans l’heure qui a suivie la rivière est devenue de plus en plus trouble rendant la pêche en nymphe à vue impossible. Nous avons donc fait le choix de reprendre la route pour tenter notre chance sur la Basse rivière d’Ain. Durant les 45minutes de route la pluie n’a pas cessé de tomber.

La Basse rivière d’Ain est encore parfaitement claire et le niveau est bas.

 

BRA Mai 2015 (3)

Les gammares aussi sont là et en nombre!

BRA Mai 2015 (4)

Il y a forcément quelques truites dans le secteur profitant de cette nourriture facile, mais la pluie battante et le vent enlève toute visibilité!

De retour à la voiture pour attendre que la pluie se calme, nous croisons Fréderic LERAY, un habitué des lieux avec qui nous partageons un café et quelques discussions bien sympas.

L’espoir de faire une truite dans ces conditions devient ridicule et mes deux amis et moi-même ne sommes pas prêts à prendre le risque d’attendre une journée pour rien. Nous tentons donc un autre secteur dans l’espoir de pouvoir pêcher en sèche.

BRA Mai 2015 (2)

Déployés dans cette immense étendue d’eau, nous commençons d’abord à pêcher les veines en noyée sans trop y croire puis vient un puis deux puis trois gobages!

Enfin un peu d’activité! Après quelques refus, sur des mouches trop grosses c’est en utilisant de petites mouches en cul de canard violet sur H16 que nous parvenons à faire les premiers ombres.

BRA Mai 2015 (1)

A partir de ce moment nous allons faire 3h formidables de pêche en sèche! Profitant d’une très belle éclosion, je finirai par pêcher avec de grosses imitations de sulfures sur H14.

Bienne Mai 2015 (6)

Trempés jusqu’au os, mais heureux d’avoir pu faire une si belles pêche en sèche nous reprenons la route du retour.

Le lendemain, la Bienne était bien montée et l’eau était brune. Nous sommes donc allé sur l’Albarine. L’occasion de croiser rapidement mon pote Tony, la star du village de Tenay!

La rivière était pleine de pêcheur ce jour là, quasiment aucune truite n’était dehors et un vent puissant nous a accompagné toute la journée!

L ‘Albarine reste une superbe rivière!

Albarine Mai 2015  (6)

Albarine Mai 2015  (3)

Heureusement nous avons tous pu faire de jolis ombres en nymphe et en sèche tout au long de la journée!

 

Comme ce joli ombre à la robe dorée typique de la rivière:

Albarine Mai 2015  (5)

Nous finirons notre séjour sur la partie amont de la rivière ou nous ferons encores quelques truites et ombres à vue.

Albarine Mai 2015  (9)

 

Albarine Mai 2015  (2)

Stéphane a d’ailleurs fait un magnifique coup de ligne en prenant à distance ce très bel ombre:

Albarine Mai 2015  (1)

La météo fraiche nous a fait abandonné l’idée d’un éventuel coup du soir et les 4h de trajet nous ont fait prendre la route vers 21h.

Un retour difficile, avec une météo capricieuse mais quelques beaux souvenirs pour chacun d’entre-nous!

Et puis il n’est pas impossible que je revienne trainer au bord de cette rivière en Juin…

 

A bientôt

 

Clément

4 Comments

Add a Comment
  1. salut clément,

    C »est toujours aussi sympa de suivre tes péripéties (et tes prises) et de voir tes belles photos!!

    a+ Nicolas

  2. magniphique!!! tu nous vend du reve A+

    1. Merci Jeremy! Mais non je ne vends pas de rêve, tout est gratuit ici
      Et puis les rivières Jurassiennes s’approchent fortement des rêves de tout pêcheur à la mouche. A bientôt
      Clément

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Clem-flyfishing.com © 2014 Frontier Theme